Situation économique

En 2018, la croissance économique a poursuivi sa reprise. La croissance du PIB suit une trajectoire à la hausse depuis 2015, passant de 3 % en 2017 à 3,6 % en 2018 et prévoit un taux de croissance de 6,2 % entre 2019 et 2021, selon le dernier rapport annuel de la Banque Mondiale. Cette progression a été tirée principalement par les activités extractives, les bâtiments et travaux publics (BTP), les transports et communications et par les autres services (commerce, banques, assurances etc.).

Compte tenu de la croissance démographique (environ 2,8 %), la reprise économique reste insuffisante et ne se traduit que par une hausse de 0,8 % du revenu réel par habitant. Cette situation compromet les progrès accomplis en matière de réduction de la pauvreté entre 2008 and 2014. La situation budgétaire s'est encore renforcée en 2018. La poursuite du rééquilibrage budgétaire a permis de transformer le déficit de 0,2 % du PIB en 2017 en un excédent de 1,5 % en 2018. Cet excédent, est enregistré pour la première fois depuis 2013. En revanche, les termes d’échange défavorables, combinés avec des problèmes de production persistants dans les industries extractives, ont aggravé le déficit du compte courant, qui est passé de 14,3 % du PIB en 2018 à 18 % du PIB en 2018. Malgré le creusement du déficit, le financement a été assuré par une hausse des investissements directs étrangers liés à l’exploration gazière offshore et des flux financiers des secteurs extractifs.

Perspectives à moyen terme

Les perspectives économiques à moyen terme sont favorables. La croissance devrait augmenter pour atteindre une moyenne de 6,2 % sur la période 2019-2021. Cette croissance, devrait être tirée par la poursuite de l’expansion du secteur primaire, le renforcement du secteur des services grâce à la mise en œuvre des réformes structurelles, et la hausse de la production minière. Ce cadre macroéconomique robuste devrait se renforcer à condition que le gouvernement maintienne sa prudence budgétaire, ce qui contribuerait à maîtriser la dette publique. L'amélioration des termes de l’échange grâce à l’augmentation des prix internationaux du fer devraient atténuer les pressions externes et permettre à la banque centrale de répondre aux besoins de financement.

Source : https://www.banquemondiale.org/fr/country/mauritania/overview

Nouakchott

Lois / accords comerciaux de la Mauritanie

Lois et réglementations relatives au commerce et à l'investissement publiées depuis 2011.

Législations Domaine
Législation (section du rapport) Domaine Section 2 Loi n° 014–2016 du 15 avril 2016 (2.1) Lutte contre la corruption
Accord d'association CEDEAO (2.3.2) Accord d'Association entre la Mauritanie et les États membres de la CEDEAO
Loi n° 2012-052 du 31 juillet 2012; Décret n° 2012-282 du 18 décembre 2012 Arrêté portant création du guichet unique (2.4) Code des investissements Guichet unique
Traités de protection des investissements (2.4) Convention unifiée relative aux investissements des capitaux arabes dans les pays arabes, 2013 ; Convention entre la Mauritanie et les Émirats arabes unis, 2015 Convention avec la Turquie, 2018
Code des douanes (3.1) Loi n° 2017-035 du 21 décembre 2017 portant Code des douanes
http://www.impots.gov.mr/sites/default/files/Code%20des%20Douanes%20J.O.%201403%20du%2030.12.2017.pdf
Partenariat public-privé (section 3.3.5) Loi n° 2017-006 du 1 février 2017
Loi n° 2010-004 du 22 juillet 2010 (3.3.6) Loi n° 2010-044 du 22 juillet 2010 portant Code des marchés publics
Pêche (4.1.2) Loi n° 2015-017 portant Code des pêches maritimes
Marine marchande (4.5.1) Code de la marine marchande
Aviation civile (4.5.1.3) Loi n° 2011-2020 portant Code de l'aviation civile
Code Général des Impôts http://www.impots.gov.mr/sites/default/files/99-CGI-2016.pdf

Source: Secrétariat de l'OMC, sur la base d'informations fournies par les autorités mauritaniennes.

Accès aux TIC

  • Accès Internet = Libre
  • Abonnement haut débit = Moins de 1 pour 100 habitants
  • Accéder à Internet dans le pays = Disponible dans les principales villes
  • Tarifs Internet = Autour de 200 UM (0,5 EUR) par heure
  • Utilisateurs de Facebook = 770,000 personnes
  • Utilisateurs de YouTube = 18% (2018)
  • Utilisateurs de Twitter = 2%
  • Utilisateurs Instagram = 0.05%
Taux de pénétration d'Internet (2017)
17.8%
Taux de pénétration mobile
110%
Accès à la couverture 3G
41%
Ménages ayant accès à Internet
11.2%
Ménages ayant accès à un ordinateur
5%
Navigateurs principaux utilisés (Chrome)
74.61%
Moteurs de recherche principaux (Google)
97.25%

Commerce électronique
Pas bien développé. Principalement utilisé pour l'achat d'électronique grand public via adorama.com et woocommerce.com

Plans futurs
Les réseaux à grande vitesse nationaux en octroyant des licences pour les services LTE, en élargissant la couverture haut débit par satellite et en déployant le réseau de fibre optique jusqu'au domicile dans la capitale et les principales villes sont des initiatives soutenues à la fois par le gouvernement et le secteur privé.

Secteur manufacturier

La contribution du secteur manufacturier excluant l'industrie de transformation du poisson était d'environ 4% du PIB en 2017.

Composition du secteur manufacturier:

  • Une activité industrielle lourde au sein des industries extractives (par exemple enrichissement de minerai de fer ;
  • Un secteur manufacturier formel de quelques PME tournées vers la valorisation de quelques produits locaux et de substitution aux importations essentiellement industries alimentaires (fabrication des pâtes alimentaires et du couscous, boissons, eaux minérales, produits laitiers) ;
  • Le secteur informel couvrant de nombreuses activités surtout artisanales.

Transport

La Mauritanie dispose de 10300 km de routes goudronnées (2424 goudronnés, 872 pistes améliorées et 7001 pistes)

Le corridor routier Nord-Sud longeant la côte de la Mauritanie est l'un des seuls itinéraires de transport viables et actifs entre l'Afrique du Nord et l'Afrique subsaharienne.

La Mauritanie a un seul chemin de fer de 675 km de long, géré par la SNIM (Société nationale industrielle et minière), relie Zouérate au port de Nouadhibou et sert principalement à transporter le minerai de fer des mines de la région nord.

L'infrastructure portuaire se compose principalement du Port autonome de Nouakchott dit Port de l'Amitié (PAN-PA), sous la tutelle du MET(Ministère de l’Equipement et des Transports) et du Port autonome de Nouadhibou qui est sous la tutelle de la zone franche de Nouadhibou. Tous deux sont des établissements publics à caractère industriel et commercial. Le Port de Nouadhibou est un port franc; il comprend un port minéralier et un terminal pétrolier, en plus du port de pêche et de commerce.

La Mauritanie est dotée aéroport international (inauguré en 2016) à 25 kilomètres de la capitale Nouakchott, avec une capacité de deux millions de passagers, bien plus que les 210 000 passagers transitant chaque année par l'aéroport. Le pays dispose de deux autres aéroports, auxquels s'ajoutent sept aérodromes secondaires.

 

La Société des aéroports de Mauritanie (SAM) est responsable de l'aménagement, l'exploitation et l'entretien des installations des aéroports par voie de concession ou de mandat de gestion.

 

L'Agence nationale de l'aviation civile (ANAC), créée en 2004, est l'autorité de régulation du secteur sous la tutelle du MET (Ministère de l’Equipement et des Transports). Elle exécute la politique de l'État en matière d'aviation civile; elle est chargée de la promotion de l'aviation civile; et elle élabore la réglementation technique conformément aux normes de l'Organisation de l'Aviation Civile Internationale.

 

Source: OMC, Examen des Politiques Commerciales, Rapport du Secrétariat, Mauritanie, WT/TPR/S/371 24 avril 2018

Finance et Fiscalité

Les taux d'imposition
Entreprises résidentes
Impôt sur les sociétés
Standard 25%
Taux pour les activités d'hydrocarbures 25%
Impôt sur les gains en capital 25%
Les dividendes 10%


Particuliers Résidents
Impôt sur le revenu 15% - 40%
Les gains en capital 25%
Les dividendes 10%
Intérêt 10% 10%
Redevance 15%
Honoraires 10%
   
Particuliers non résidents et résidents

Impôt sur le revenu
15%
Les gains en capital
10%
Intérêts 10%
Redevance 15%
Honoraires 10%

Propriété Intellectuelle

La Mauritanie fait partie des organisations et conventions régionales et Internationales suivantes :

  • Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI)
  • L’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (OAPI) (Loi de Bangui de 1999).
  • Convention de Paris pour la protection de la propriété industrielle
  • La Convention de Berne pour la protection des œuvres littéraires et artistiques
  • Traité de coopération en matière de brevets
  • La Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants ratifiée en 2004.

La Mauritanie a ratifié la nouvelle loi portant révision de l'Accord de Bangui en décembre 2015. Le Service de la technologie et de la propriété industrielle du Ministère de l'industrie est chargé des relations avec l'OMPI et l'OAPI. En Mauritanie, les droits de propriété industrielle sont gérés par le service national de liaison (SNL) entre la Mauritanie et l’OAPI, qui reçoit les demandes d’enregistrement en Mauritanie et les transmet à l’OAPI. Pour les droits des auteurs, la protection relève du Département de la coopération culturelle et de la protection des droits des auteurs du ministère de la Culture et de l'Orientation islamique.